sociaux

twitterfacebookmixcloudinstagramrss feed

Radiobalisage > BOHREN UND DER CLUB OF GORE "Piano Nights" (Pias)

C’est encore un sacré ovni musical qui tombe là entre nos mains. Teinté d’un romantisme funèbre, ce phénomène allemand n’est pas loin de délivrer l’antithèse de la techno festive d’Ibiza, plongeant d’ailleurs ses racines dans le metal atmosphérique le plus radical. Cinquième album du groupe, "Piano Nights" constitue une porte d’entrée étonnante vers l’univers doom-jazz !

Pour cette expérience ont été convoquées contrebasse, batterie, saxophone et surtout deux pianos, pièces centrales du dispositif de Bohren und der Club of Gore. Et c’est au fil de mesures lentes, longues et pesantes, que cet opus nous fait fatalement glisser dans ses ambiances mélancoliques sombres. Pour autant, aucune sensation d’oppression ou de violence crue ne vient altérer le charme de l’album. Car ici, le quatuor dispense une musique instrumentale noire mais léchée trouvant une articulation rare entre décontraction et désolation.
Par instants les spectres de Slint et Pan American semblent même hanter ce drame musical à la grâce léthargique . Pourtant c’est bien sur Harold Budd, de Cure (période "Faith"), Labradford voire des premiers Black Sabbath bien sûr ou des plus contemporains The Mount Fuji Doomjazz Corporation. Sombrement envoûtant.
une orbite déviante de l’ambient jazz que nous a installé ce groupe originaire de Mulheim (dans la région de la Ruhr). Neuf pistes sont là pour nous en convaincre et pour nous faire apprécier la richesse larvée d’une partition dont l’étoffe cinématographique et la solennité quasi mystique constituent les traits complémentaires d’une identité sonore délicieusement ambigüe. Loin des racines radicales des musiciens, ce groupe doit au final pouvoir intéresser un public assez large dans lesquels se reconnaitraient fans d’

'Piano Nights' de BOHREN UND DER CLUB OF GORE a été programmé dans la Mission 174 du Solénoïde (actuellement en 'libre écoute')



Liens : bohrenundderclubofgore.de / facebook.com/bohrenofficial

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire