sociaux

twitterfacebookmixcloudinstagramrss feed

Chronique > DISPLACER "Foundation" (Hymen)

A qui souhaiterait prendre une tangente résolument technoïde, l’expertise avancée d’un certain Michael Morton pourrait se révéler d’une précieuse utilité. Sur son album 'Foundation', ce canadien, plus connu sous le nom de Displacer, nous plonge au cœur d’une machinerie sonore pourvue d’étonnantes facultés immersives et même visuelles.
Et bien qu’opérant principalement au moyen de ressources informatiques et de claviers synthétiques, Morton a su insuffler à sa musique une vitalité froide quasi incandescente.

 Nourrie de field recordings, de basses "digidub" et même de quelques instrumentations acoustiques, 'Foundation' dispose du coup de tous les argument pour élever sa nature d’authentique bande son post-industrielle. Du son techno de Detroit à la cold wave, en passant par l’ambient sombre, Displacer a su transcender ses diverses influences pour délivrer un prototype d’ 'intelligent dance music' absolument captivante.


'Foundation' de Displacer a été programmé dans la Mission 161 du Solénoïde.




Playliste de l'émission:
LUMINOCOLOR 'Résonances' (Laybell - laybell.net)
GRISCHA LICHTENBERGER 'And IV (Inertia)' (Raster Noton - raster-noton.net)
NAKED TRUTH 'Ouroboros' (Rare Noise Records - rarenoiserecords.com)
DISPLACER 'Foundation' (Hymen - hymen-records.com)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire